Recrutement d’un Consultant Spécialiste en Sauvegarde Sociale

 

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D’INTERET

 

N° Don IDA H-985-GN         Date début : 23/07/2018;   Date Limite : 06/08/2018

 

Client: Ministère de la Jeunesse (MJ)

 

Type: Sollicitation de manifestations d’intérêt

 

Titre: Recrutement d’un Consultant Spécialiste en Sauvegarde Sociale.

I-Contexte et Justification

 

Le projet « Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes en Guinée » est une initiative du Gouvernement guinéen financé par la Banque Mondiale à travers l’Association Internationale de Développement. Il a pour objectif d’améliorer l’employabilité et l’emploi des jeunes guinéens ainsi que de renforcer la gouvernance des établissements de formation professionnelle, technique et supérieur. Ce Projet compte les trois (3) composantes suivantes :

 

  • Le Fonds Compétitifs pour les Compétences et l’employabilité (FCCE) – composante-1qui vise à :
  • créer dans les établissements de formation des programmes innovants reliés aux secteurs économiques,
  • modifier la culture institutionnelle vers une approche davantage basée sur les résultats,
  • améliorer l’efficacité des programmes de formation grâce à un partenariat public-privé (PPP).

Le FCCE est mise en œuvre par un Secrétariat Technique, supervisé par un Comité de Pilotage appelé Conseil du Fonds Compétitif (CFC) de Seize (16) membres dont cinq (5) du secteur privé, cinq (5) du secteur de l’enseignement supérieur, cinq (5) du secteur de l’enseignement professionnel et  un (1) du Ministère de l’Economie et des Finances).

  • Le Programme Education à l’Emploi (E2E) – composante-2,qui vise à faciliter l’accès des Jeunes diplômés, chômeurs, ainsi que les jeunes exclus en permanence du marché du travail en raison de chômage prolongé à une formation axée sur l’emploi dans les domaines professionnels techniques et / ou des compétences de base de l’employabilité (cognitives, non cognitives).

 

Cette composante est mise en œuvre par l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE), relevant du Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail (METFP-ET).

 

  • La Composante « Appui Institutionnel et Cadre réglementaire » – Composante-3  qui vise à appuyer la révision du cadre réglementaire actuel des départements ministériels concernés, par une approche participative impliquant tous les services qui auront la responsabilité de réviser les textes en vigueur en cohérence avec les réformes en cours.

Une Equipe de travail « task-force » composée de points focaux des trois (3) ministères (Ministère de la Jeunesse, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et METFP-ET) est chargé du suivi et de l’exécution de cette composante.

A ce jour, dix-sept (17) sous-projets ont été validés par le Conseil du Fonds Compétitif (CFC) au terme de l’évaluation des propositions complètes présentées par les institutions de formations à l’issu du premier appel à candidature lancé 2016. D’ici 2020, au moins 25 sous-projets seront financés dans le cadre de ce fonds.

Au niveau du programme E2E, une base de donnée d’enregistrement en ligne des jeunes demandeurs d’emploi est mise en place ; des jeunes diplômés dont l’âge est compris entre 18 à 35 ans seront filtrés de cette base avec un taux en genre féminin de 30%, pour être orientés sur les différentes pistes Entreprenariat, Stage ou Formation de courte durée.

D’une manière générale, sur le plan environnemental, les travaux du projet se limiteront à la redéfinition, l’équipement et la réhabilitation des installations existantes mises à disposition dans le cadre du FCCE.

Lors de sa préparation, le projet avait déclenché une politique d’évaluation et de sauvegarde environnementale (OP 4.01).

En raison de la difficulté inhérente à la définition de ce que sont les impacts environnementaux sociaux réels des activités envisagées du projet et à déterminer les mesures d’atténuation à mettre en place, un cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) a été préparé et diffusé dans le pays et au sein de l’InfoShop de la Banque mondiale le 19 mai 2014.

Ce CGES fourni un processus d’examen environnemental et social pour tous les travaux à venir et a donné un aperçu des méthodes et des procédures standards, avec des arrangements institutionnels pour le dépistage, l’examen, l’approbation et la mise en œuvre et le suivi des PGES spécifiques.

Dans le but de minimiser et d’optimiser les impacts et effets potentiels du projet, outre ce Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES), un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) devra être défini pour la mise en œuvre, le suivi et la surveillance des dispositions institutionnelles à prendre dans le cadre de la réalisation des activités du projet.

 

II-Objectifs de la mission de consultation

 

2-1       Objectif Général

 

L’objectif général de la mission du consultant est de mettre en œuvre le PGES des différents sous-projets financés par le BoCEJ à travers le FCCE

 

2-2       Objectifs spécifiques de la mission

 

Il s’agira plus particulièrement de :

 

  • s’approprier i) des politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale qui comprennent à la fois, les Politiques Opérationnelles (OP) et les Procédures de la Banque (PB) ; ii) du cadre institutionnel, légal et réglementaire de référence pour l’évaluation environnementale en Guinée ; iii) ainsi que des législations et traités internationaux sur l’environnement, signés par la Guinée ; et qui sont en relation avec le Projet ;

 

  • s’assurer de la prise en compte des dispositions de ces politiques en matière de sauvegarde sociale dans la conduite des activités du projet ;

 

  • s’assurer que les politiques sociales de mise en œuvre du projet BoCEJ notamment au niveau du FCCE et du Programme E2E, sont effectivement exécutées conformément à l’accord de financement du projet, aux procédures de la Banque Mondiale et à la règlementation guinéenne en la matière ;
  • veillera à l’intégration et à la gestion des aspects sociaux dans la planification et l’exécution des activités du projet dans son entièreté ;
  • développer un cadre de programme de suivi de ces mesures en spécifiant les indicateurs environnementaux et sociaux types pour leur suivi-évaluation, ainsi que la méthodologie de leur mise en œuvre (donnée de référence, fréquence des collectes, responsabilités etc.).

 

  • élaboré, en relation avec le Spécialiste en sauvegarde environnementale, un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) du projet qui devrait définir le plan de mise en œuvre, du suivi et de la surveillance des dispositions institutionnelles à prendre dans le cadre du projet et la réalisation des activités pour atténuer les impacts environnementaux et sociaux défavorables, les supprimer ou les réduire à des niveaux acceptables.
  • décrire les mécanismes et les arrangements institutionnels de mise en œuvre du PGES en clarifiant les rôles et responsabilités des différentes parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du projet.

 

  • évaluer la capacité des agences d’exécution impliquées dans la mise en œuvre du PGES, y compris la sensibilisation aux problématiques environnementales et sociales du projet, et proposer des mesures pour la sensibilisation, le renforcement institutionnel et/ou le renforcement des capacités techniques des parties prenantes par cette mise en œuvre du PGES ;

 

  • produire des rapports sur le suivi des aspects sociaux (niveau d’exécution, contraintes, suggestions de solutions) qui serviront à alimenter le chapitre ou la section « Mise en œuvre des mesures de sauvegarde sociale » du rapport périodique global d’avancement du Projet

 

III.      Méthodologie et organisation du travail

 

La méthodologie proposée par le consultant doit être conforme aux meilleures pratiques et approuvée par le client.

 

  1. Résultats attendus :

 

  • La grille environnementale des sous-projets est établie ;

 

  • Une check-list des impacts types rencontrés dans des mesures correctives appropriées pour éviter ou atténuer ces impacts est disponible ;

 

  • Un cadre de programme de suivi-évaluation de ces mesures spécifiant les indicateurs environnementaux et sociaux types pour leur suivi-évaluation, ainsi que la méthodologie de leur mise en œuvre (donnée de référence, fréquence des collectes, responsabilités etc.) est développé.

 

  • Les mécanismes et les arrangements institutionnels de mise en œuvre du PCGES en clarifiant les rôles et responsabilités des agences et de toutes les parties prenantes (au niveau local, communal, district et national) impliquées dans la mise en œuvre sont décrits.

 

  • La capacité des agences d’exécution impliquées dans la mise en œuvre du PCGES, y compris la sensibilisation aux problématiques environnementales et sociales du projet, et proposer des mesures pour la sensibilisation, le renforcement institutionnel et/ou le renforcement des capacités techniques des parties prenantes par cette mise en œuvre du PCGES est évaluées ;

 

  • Un budget récapitulatif de toutes les actions et activités proposées dans le PCGES est préparé ;

 

  • Organiser Des consultations avec les acteurs clés et les personnes potentiellement affectées, y compris les communautés urbaines ou rurales pour présenter les objectifs et activités du projet ainsi que le travail environnemental et social accompli (PCGES) sont organisées et à de futures études ciblées pour minimiser ou éliminer les potentiels impacts négatifs du projet. Inclure le résumé des consultations dans le rapport du PCGES, avec les fiches de présence et si possible des photos ont été accomplies ;

 

  • Un plan de consultation publique à inclure dans le rapport du PCGE est développé et ;

 

  • Des rapports sur le suivi environnemental (niveau d’exécution, contraintes, suggestions de solutions) qui serviront à alimenter le chapitre ou la section ‘’Mise en œuvre des mesures de sauvegarde environnementale et sociale’’ du rapport périodique global d’avancement du Projet sont produits.
  1. Qualifications et expériences requises

 Les consultants ou structures spécialisées intéressés par la prestation doivent répondre aux critères suivants :

  • Avoir un DEA ou un DESS ou leurs équivalents dans une science de l’environnement (écologie, géographie, agronomie, sociologie rurale, etc.) 
  • Avoir une expérience avérée d’au moins 05 ans pendant les 5 dernières années dans la réalisation des évaluations environnementales (CGES, CPRP, PGPP,) des projets de développement notamment ceux financés par la Banque mondiale 

  

  • Avoir réalisé au moins 3 missions similaires 

 

  • Avoir d’excellentes connaissances, une expertise avérée des problèmes environnementaux par rapport à la mise en œuvre de projets financés par la Banque mondiale

 

  • Avoir une bonne connaissance de l’outil informatique

 

  1. Conditions d’emploi:

 

Les conditions d’emploi feront l’objet d’un contrat à négocier avec l’Unité de gestion du projet. S’agissant de postes contractuels, il reste entendu que le recrutement de candidats fonctionnaires doit satisfaire aux dispositions ci-après de la clause 1.13 (d) des Directives ‘Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque mondiale dans le cadre des Prêts de la Banque et des Crédits et Dons de l’IDA’, datée de Janvier 2011 qui précisent que « les représentants du gouvernement et les fonctionnaires peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’un bureau de consultants, uniquement (i) s’ils sont en congé sans solde; (ii) s’ils ne sont pas engagés par l’organisme pour lequel ils travaillaient immédiatement avant leur départ en congé; et (iii) si leur emploi ne donne pas lieu à un conflit d’intérêt » (voir paragraphe 1.9 des mêmes directives).

VII.     Durée de la consultation

La durée du contrat du consultant est de douze (12) mois renouvelable après une évaluation satisfaisante

Un Consultant sera sélectionné en accord avec les procédures définies dans les Directives: Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque mondiale ; édition janvier 2011 ; révisée en juillet 2014.

Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires au sujet des documents de référence aux adresses mentionnées ci-dessous du lundi au jeudi  de 9 heures à 16 heures  GMT et  vendredi de 9 heures à 13 heures GMT.

Les manifestations d’intérêt doivent être déposées à l’adresse ci-dessous au plus tard le 06août  2018 à 13 H.

Secrétariat Exécutif du Projet

« Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes en Guinée »,

Immeuble KATEX 4ème étage Appartement A8, Près du siège social de Cellcom-Guinée

Quartier Almamya, Commune de Kaloum,

Email : bocej.gn@gmail.com

Tél : (+224) 655 91 48 91

Conakry; République de Guinée.       

 

 

Le Gestionnaire de Projet

 

 

 

 

Thierno Iliassa BALDE