Motivations économiques, politiques, désir d’émancipation… Les jeunes Marocains restent prompts à émigrer.

Si les jeunes Marocains restent prompts à émigrer, ils sont, depuis 2011, un peu moins nombreux qu’auparavant à quitter le royaume pour les pays de l’OCDE – cette année-là, le nombre de départs est passé sous la barre des 100 000.

« Depuis la crise de 2008, les pays du Nord paraissent moins attrayants », reconnaît Mohamed Khachani, secrétaire général de l’Association marocaine d’études et de recherches sur les migrations (Amerm). D’où cette inflexion.

Les motivations économiques restent toujours parmi les premières invoquées par les candidats au départ. Ainsi, « quand un chantier structurant et créateur d’emplois s’ouvre dans une région du royaume, on observe une baisse des départs », relève Mohamed Khachani.

Mais un autre motif est apparu au sein d’une frange de la jeunesse : la volonté de s’émanciper.

Source Jeune Afrique