Interférences et brouillage radiophoniques entre la Guinée et la Sierra Léone : L’ARPT et NATCOM se concertent à Conakry

0
64

Les travaux de concertation et d’échanges sur les interférences radiophoniques et téléphoniques entre la Guinée et la Sierra Léone ont démarré ce matin au siège de l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications sis à Koloma. C’est dans ce cadre que la direction générale de l’ARPT a reçu, ce vendredi 23 avril 2021, une délégation de la Commission nationale des télécommunications (NATCOM), l’équivalent de l’autorité de régulation de la Sierra Leone.

Selon le directeur général de l’ARPT, cette rencontre a pour but de favoriser “la coopération entre les deux structures de régulation des postes et télécommunications de la Guinée et de la Sierra Léone en vue de résorber  l’ensemble des problèmes techniques” qui entrainent “ le brouillage des fréquences radiophoniques” à la frontière.

Yakhouba Cissé dira qu’il y a “beaucoup de stations-radios sierra léonaises qui sont impactées par des radios guinéennes et vice-versa. Nous sommes là pour essayer de définir ensemble un cadre réglementaire commun pour éviter à l’avenir ce genre de brouillage.”

A l’en croire, “les travaux consistent à des échanges de fréquences  et dalignement de fréquences en ce qui concerne les radios et les Télévisions”.  Poursuivant, le Directeur général de l’ARPT a ajouté que “En ce qui concerne les citoyens vivant au niveau de la frontière, il y a eu une entente entre les deux pays. Les habitants qui sont à Pamelape par exemple [à moins d’un kilomètre], il y a le réseau guinéen qui va au-delà de la frontière parce que l’onde n’a pas de frontières”.

Ce qui fait que les abonnés des deux côtés de la frontière sont parfois en roaming sans le vouloir. Ce qui coûte aux deux parties en terme de facturation, a souligné M. Cissé, car, mentionne-t-il,  “c’est une même localité. Ce qui fait que les abonnés se plaignent souvent de perte de crédits de deux côtés.

Cependant, explique-t-il, “ le problème principal entre la Guinée et la Sierra Léone, c’est la proximité parce que la mer est une conductrice des ondes. Tant qu’il y a un espace de propagation, l’onde se propagera. Ce n’est pas un problème de technologie”.

Les deux parties vont discuter d’un “problème réglementaire.  Si vous avez suivi à un moment donné, Espace Fm avait un problème de brouillage, elle avait commencé à accuser le gouvernement de vouloir museler la presse. Or, cela n’avait rien à voir avec le gouvernement.  C’est pour cette raison que nous avons dépêché une grande délégation pour aller voir et échanger des données de fréquences avec la Sierra Leone. Effectivement on a vu qu’il y a une nouvelle radio sierra léonaise qui avait la même fréquence que la radio Espace Fm. On va voir quelle est la radio qui est la plus ancienne. Cette dernière maintiendra sa fréquence initiale. La nouvelle va changer de fréquence”, précise Yakhouba Cissé.

Pour sa part, le directeur de NATCOM a remercié l’ARPT et les autorités guinéennes pour ces partages d’information concernant les interférences radiophoniques et téléphoniques entre certaines stations radio guinéennes et sierra léonaises.  Amara BRIWA a rappelé aussi qu’une “mission de l’ARPT guinéenne envoyée par le Directeur général s’est récemment rendue en Sierra Léone.  Nous avons travaillé ensemble et avons résolu une bonne partie des problèmes. Nous sommes venus pour finaliser le reste.”

Le directeur de NATCOM a précisé que les travaux vont concerner  essentiellement “les interférences et le brouillage des fréquences. Je pense que nous allons arriver à résoudre ces problèmes. Je suis content que la Guinée nous a contactés. Nous allons profiter également pour renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux Etats.

La rencontre entre les deux structures de règlementation des télécommunications prendra fin ce samedi à Conakry.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here